6e Marathon Toulouse Métropole / Benjamin Bitok en maître

La sixième édition du Marathon Toulouse Métropole s’est disputée dans des conditions météos particulièrement difficiles. Vent et froid auront été les deux grands invités de l’épreuve. Pourtant cela n’a pas empêché Benjamin Bitok de signer un nouveau succès, le quatrième, sur le bitume toulousain. Il finit en 2h12’23 ». Assez proche tout de même de son propre record établi l’an passé en 2h11’36 » et ce, malgré les conditions.

Tout s’est joué au 37e kilomètre. Du côté du Grand Rond. Quand Benjamin a aperçu le monument aux morts, il a placé son accélération. Brutale et fatidique. Un kilomètre en 2’56 ». Et l’affaire fut dans le sac. L’Ethiopien Hailemarian Atsebha a eu beau serrer les dents, il jeta un petit coup d’oeil à sa montre et il sut qu’il avait perdu. Qu’il ne remporterait pas ce marathon. Pourtant les deux hommes auront fait une grande partie de la course ensemble. Car, si d’emblée, ils étaient dix en tête, il n’a fallu attendre qu’une poignée de kilomètres pour voir finalement cinq hommes aux avant-postes. Et comme parmi eux il y avait les deux lièvres de la course, ceux qui doivent imprégner le rythme sur des bases élevées mais calculées à l’avance, cela ne laisse que trois possibilités de victoires. Vincent Kipchichir tiendra jusqu’au 25ème, mais comme souvent dans ce type d’épreuves, la différence se fait sans qu’il y ait vraiment d’attaque. A ce jeu-là, ils ne sont rapidement plus que deux en tête. Tout se joue entre le Kenyan, Benjamin Bitok, triple vainqueur à Toulouse, et Hailemarian Atsebha, l’Ethiopien… Benjamin mena la plupart du temps. Mais ne connaissant pas son adversaire, il couru sur la gauche de la route puis sur la droite pour ne pas l’abriter. Le vent souffla tellement fort parfois. Hailemarian fut donc bien obligé de passer devant… Et un peu plus loin, ce fut l’accélération décisive.

Parmi les 3 200 inscrits en individuel et les 550 équipes de quatre, il y avait aussi une affiche chez les féminines. Elles ont été très longtemps trois en tête, profitant du rythme imposé par Jérôme Bellanca, meneur d’allure de luxe. Le chrono visé est 2h34′. On retrouva dans son sillage l’Ukrainienne Nataliya Lehonkova, l’Ethiopienne Tigist Memuye et la Russe Ekaterina Fateeva. Finalement c’est l’Ukrainienne qui va l’emporter sans guère de difficulté en 2h38’22 ». On retiendra aussi que Cédric Pélissier, le régional de la course, finit cinquième et premier Français. Il bat son record d’une dizaine de secondes en 2h19’26 ». Chez les féminines, c’est Evelyne Murat qui occupe cette place en sixième position. Houria Fréchou, première régionale, l’habituée des lieux, est un peu plus loin… Julien Casoni l’emporte lui sans souci en handisports. Mais évidemment, le froid qui a fait son apparition sur le Grand Sud ce dernier dimanche d’octobre a pas mal perturbé le déroulement de la course, peu de record étant battu au final.

Rendez-vous l’année prochaine pour le championnat de France de Marathon.

Ajouter un commentaire